5 février 2024

Les objectifs fixés ont été atteints : l'Église néo-apostolique a réorganisé ses compétences en matière d'œcuménisme. Au lieu d'un groupe suprarégional, il existe désormais un interlocuteur pour les acteurs régionaux.

« Le groupe de travail de longue date Contacts interconfessionnels et interreligieux a rempli son mandat », explique l'Église néo-apostolique internationale (ÉNAI) sur son site principal : « Afin d'accorder à l'avenir une attention appropriée à ce thème, une unité pour les questions œcuméniques a été créée. »

Contact et conseil

Ce centre de coordination international servira de contact aux autres confessions et religions. Les autres tâches de cette unité consistent à conseiller la direction internationale de l'Église et à soutenir les interlocuteurs régionaux.

Ce poste sera occupé jusqu'à nouvel ordre par l'évêque Peter Johanning et son représentant, l'apôtre Arne Herrmann. Tous deux représentent déjà l'Église néo-apostolique au sein de la Communauté de travail des Églises chrétiennes (CTEC) d'Allemagne.

Active depuis 1999

Des discussions régulières entre l'Église néo-apostolique et la CTEC ont eu lieu depuis 2001 au niveau régional et depuis 2008 au niveau national. Le coup d'envoi avait été donné par l'apôtre-patriarche Richard Fehr lorsqu'il avait créé le groupe de projet Œcuménisme en 1999.

Pendant environ 25 ans, ce comité, rebaptisé par la suite, a été actif sur mandat de la direction de l'Église. Sa mission consistait à élucider les questions fondamentales : Quelle est la stratégie poursuivie par l'Église internationale en matière d'œcuménisme ? Des participations en tant que membre sont-elles possibles dans les différents CTEC ? Quelles sont les opportunités, quelles sont les limites ?

Ensemble pour l'Évangile

Ces questions ont reçu une réponse depuis longtemps. Aujourd'hui, l'Église néo-apostolique compte parmi les Églises engagées dans l'œcuménisme, surtout en Europe, mais aussi dans d'autres pays du monde. Aux Pays-Bas, au Luxembourg, en Suisse, en Autriche et en Allemagne, il existe ainsi des adhésions aux CTEC à tous les niveaux.

Aujourd'hui, les différentes Églises territoriales assument elles-mêmes ces tâches. Toutes les Églises territoriales européennes ont désormais leurs propres responsables œcuméniques, qui s'efforcent en particulier d'agir de manière concertée au niveau local et régional.

« Nous sommes conscients du fait que nous sommes tous chrétiens », déclarait déjà l'apôtre-patriarche Jean-Luc Schneider dans une interview en 2013 pour expliquer ce qui lui importe dans l'œcuménisme. « Nous devons lutter ensemble pour l'Évangile, la voix de l'Évangile doit aussi se faire entendre dans la société actuelle, et c'est pour cela et à cela que nous travaillons ensemble. »